le musée mis à nu par ses visiteurs

Excursion Bill Viola au Grand Palais - Arcimboldo - Sarraute - - Rubens - Jeanney - Sassetta - - Se repérer dans le Musée - Portraits - Smirou - Portraits - Louis Imbert / Laure Limongi & Thomas Lélu - Scribe - Genet - Gabrielle d'Estrées - Sonnet - Toucher l'oeuvre par les autres - trésor(s) - Caryatides - Detambel - Portraits - Esteban / Royet-Journoud

> Mots-clés > Œuvres > L’Échange des deux princesses de France et d’Espagne sur la Bidassoa à (...)

L’Échange des deux princesses de France et d’Espagne sur la Bidassoa à Hendaye

Par Petrus Paulus RUBENS
Siegen (Westphalie), 1577 - Anvers, 1640

L’Échange des deux princesses de France et d’Espagne sur la Bidassoa à Hendaye, le 9 novembre 1615
H. : 3,84 m. ; L. : 2,95 m.

Le double mariage des futures reines de France et d’Espagne, annoncé dans le Concert des dieux (INV. 1780), est l’acte essentiel du règne : point n’est besoin que Marie apparaisse ici (c’est le seul endroit du cycle où elle ne figure pas), tant ces mariages portent sa marque et affirment son dessein pacificateur. Les figures allégoriques - casquées - de l’Espagne (à gauche) et de la France (à droite) encadrent ainsi les deux jeunes princesses : en blanc et de face, Anne d’Autriche, la fille de Philippe III d’Espagne, destinée à Louis XIII et future mère de Louis XIV, emmenée par la France ; à gauche, Élisabeth de France, fille de Marie, destinée à Philippe IV, vue de profil et encore tournée vers la France qu’elle quitte. En bas, les figures habituelles de fleuves et de naïades rappelant que l’échange se fait sur un pont par-dessus la Bidassoa.
Dans le ciel, selon une véritable transposition de la peinture religieuse typique de Rubens, une ronde d’amours (ou d’angelots) avec la Félicité dispensant l’abondance, fruit de ces heureuses alliances.

Source : Musée du Louvre, image Wikimedia commons